Séquelles de brûlures

Indications

Malgré les précautions prises pour la prévention des séquelles de la brûlure (kinésithérapie, massages, attelles), les séquelles fonctionnelles et esthétiques restent fréquentes.

Elles comportent :

  • Sequelles de bruluresles rétractations cutanées ou brides, généralement situées à proximité des articulations (cou, épaules, genoux, doigts) ou au niveau du visage (paupières et lèvres). Elles limitent les mouvements articulaires et empêchent les paupières ou les lèvres de s'ouvrir et se fermer correctement.
  • les cicatrices hypertrophiques, anormalement rouges et boursouflées, s'accompagnant de démangeaisons.
  • les cicatrices chéloïdes.
  • l'hypersensibilité et la fragilité cutanée
  • les troubles de la pigmentation
  • les rétractations tendineuses et articulaires

Modalités

Le chirurgien établit alors avec son patient un schéma clair et cohérent de l'ensemble de la prise en charge, afin d'en comprendre les objectifs à atteindre, les contraintes et le temps nécessaire à leur réalisation.

Les différentes étapes du traitement des brûlures requièrent de la part du patient, beaucoup de persévérance.

Le traitement des séquelles de brûlures ne doit pas être entrepris avant un délai de 6 mois après la brûlure.

Il comprend principalement:

  • les plasties (plasties en Z ou trident) ou lambeaux cutanés (lambeau IC), notamment pour traiter les brides cutanées.
  • l'expansion cutanée, qui consiste à glisser une prothèse d'expansion tissulaire en silicone, sous la peau saine avoisinant la zone cicatricielle pour que, grâce au gonflage hebdomadaire de ce ballon au sérum physiologique, la peau saine sus jacente se distende progressivement.

En fin d'expansion, en moyenne 6 à 10 semaines, la prothèse est retirée et la peau saine expansée va remplacer la peau brulée cicatricielle ou greffée.

L'expansion cutanée requiert deux opérations : la pose de l'expandeur puis sa dépose associée à la résection du placard cicatriciel.

Les séances de gonflage ont lieu au cabinet une fois par semaine et sont peu douloureuses.

Suivi post opératoire

Plusieurs consultations de contrôle ont lieu : à 8 jours, 1 mois, 3 mois, 6 mois et 1an après l'intervention.

Le résultat définitif ne pourra pas être évalué avant plusieurs mois.

Complications

Les risques d'échec de cette technique sont liés à plusieurs facteurs :

  • hématome et surinfection
  • infection
  • coque fibreuse limitant l'expansion cutanée
  • nécrose cutanée et exposition de la prothèse
Page mise à jour le 17/08/2010
Par Aurore Van Troy, Docteur en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
Conflits d'intérêts : l'auteur ne présente aucun lien d'intérêt avec les entreprises et établissements produisant ou exploitant les produits de santé ou les organismes de conseil intervenant sur les produits cités sur cette page.